Art de vivre et l'octuple chemin respirer, manger bouger, se reposer, maitriser esprit sexualité environ., suivre cycles nature

30 septembre 2014

Fermeture blog et sagesse

Un premier Sage a dit:

*Celui qui parle ne sait pas, celui qui sait ne parle pas.*

Un deuxième Sage a dit:

*Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi.*

Un troisième Sage a dit:

*Il est difficile de vivre avec les humains parce qu'il est difficile de se taire.*

Se taire.

Ne pas troubler le Silence avec un babil mondain stérile.

Les mots ne portent rien d'essentiel.

La vérité vient du Silence, pas des mots.

Si tu parles, assène, ne discute pas.

Rien ne peut être prouvé.

Personne ne veut être con-vaincu.

La raison est impuissante face à l'opinion.

La raison est impuissante face à l'ignorance.

Méprise la bêtise.

Le Silence effraie les hommes.

Ils ont besoin de bruits et de paroles pour se faire croire qu'ils existent.

Le Silence les renvoie à leur néant.

Ils ont horreur de leur vide.

A toute question, une seule réponse silencieuse.

Un doigt pointé vers le Ciel: ce qui te dépasse.

Un doigt pointé vers la Terre: ce qui te porte.

Rien d'autre: tu n'es qu'une passerelle dans la verticalité.

Les hommes ne savent pas se taire.

Apprends-leur.

Ton Silence sera comme un miroir qui leur renverra leurs mots futiles.

Certains s'y mireront.

Certains en riront.

Certains s'encolèreront.

Bien peu comprendront.

Quelle paix qu'un monde sans bavardages, sans arguties, sans ratiocinations.

Quelle paix qu'un monde sans moteurs, sans cris, sans tonitruances.

Quand donc les hommes apprendront-ils les vertus du Silence?

Ils veulent *communiquer*, mais quoi donc? Leur vide.

«Parler» et «dire» ne s’équivalent pas. Dans parler il y l’intention d’enseigner ou de convaincre. Dans «dire» il y a seulement l’intention de semer au quatre vents comme le rossignol ou l’alouette chantent, juste pour le plaisir de chanter.

Inspiré de de Marc Halévy

 

Cela ferme le bloc de « La Clé de Soi » d’Oxfordien Emmanuel Aubert

Posté par oxfordien à 11:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 janvier 2014

Pensée du jour de Tchouang Tseu

"Si la perte de ce qui te rendait heureux te plonge dans le desespoir, c'est la preuve que ce bonheur reposait sur du vent.

Il est dit que celui qui se perd dans les désirs matériels perd aussi sa nature propre." 

Posté par oxfordien à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2014

Pensée pour 2014

"Puissais-je avoir la sérénité d'accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer les choses que je peux et la sagesse d'en connaître la différence " Lao tseu

Posté par oxfordien à 12:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 décembre 2013

Carences en besoins psychologqiues, carences de lenteur, de calme et de continuité

« Carences en besoins psychologiques: carences de lenteur, de calme, de continuité.

Les maladies de carence sont insidieuses. Si nous sommes carencés en vitamine C ou D, en oméga 3, sélénium, il ne se passe rien. Nous de souffrons pas, nous ne suffoquons pas, nous ne tombons pas à la renverse. Pas d’effet immédiat donc. Mais peu à peu des symptômes de souffrance vont apparaître, sous l’effet du manque. Souvent, nous ne comprenons pas bien pourquoi, ni d’où ils viennent. Les carences se manifestent toujours ainsi, doucement, lentement, insidieusement. Jamais de façon bruyante. Notre société de profusions multiples crée aussi en nous des manques multiples, et les deux sont liés. Voyez les maladies de pléthore, par exemple, ces maladies modernes du trop : trop d’aliments qui nous rendent obèse, trop de possessions qui nous rendent moroses. Le trop de quelque chose, c’est toujours un manque d’autre chose. Et l’excès génère forcément la carence. On sait, par exemple, que la nourriture industrielle, les aliments raffinés et aseptisés, non seulement sont malsains à cause  du « trop » -trop présents, trop facile d’accès, trop sucrés, trop inducteurs d’appétit, puis de diabète et d’obésité- , mais aussi à cause du « pas assez »- de nombreuses vitamines oligo-élements.

Les carences contemporaines portent également sur nos besoins psychiques. Par exemple, les besoins de lenteur, de calme et de continuité. Pour lesquels nous avons à lutter et à nous organiser, afin de ne pas tomber malades (de stress, d’instabilité émotionnelle, de dispersion mentale.

Lutter contre les carences de lenteur : Prendre son temps. Ne pas voler d’une activité à l’autre. Ne pas faire plusieurs choses en même temps. Agir, chaque fois que possible, avec douceur et calme. Pratiquer des « cures de rien », de simple, de calme, de mono activité. Repérer les remplissages d’emploi du temps et s’en méfier : les programmes délirants d’activités que l’on arrive parfois à s’imposer en week-end, en vacances.

Lutter contre les carences de calme : fuir les agressions, les sollicitations. Redevenir sensible à tous les « trop » : musique tout le temps, images tout le temps, écrans tout le temps. Détachons-nous. Acte de liberté : fermer les yeux, ne pas regarder ces écrans qui volent notre attention, nous mangent partout du temps de cerveau et du temps de repos…

Lutter contre les carences de continuité : repérer les interruptions incessantes qui ponctuent nos journées ; élever le niveau de conscience par rapport à elles. Résister à la tentation de regarder ses emails, ses SMS, de passer un coup de fil ou d’aller faire un tour sur Internet… »

La pleine conscience nous aide à prendre conscience de ces pollutions cachées de nos esprits. Et à nous en protéger ; elle nous permet de restaurer nos capacités d’introspection et de nous reconnecter à nous-mêmes. Au lieu de toujours vivre sous perfusion d’injonctions, de distractions, d’activations extérieures.

Elle nous propose de rien faire et juste de rester là. A notre poste d’observation, à la vigie de l’introspection. La pratique de la pleine conscience nous aide à décrocher ; on n’y recherche rien, il n’y a pas de but. On se donne le temps, on décide, librement, d’aller doucement. On prend le temps de s’asseoir, d’observer, d’éprouver.

Même si on le fait que peu de temps, que quelques instants : on est en pleine conscience dès qu’on ferme les yeux et qu’on cesse l’action. Déjà on est dans la liberté.

Christophe André « Méditer pour après jour »

Posté par oxfordien à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2013

Pensee de Noel de Lao tseu

La bonté en paroles met en confiance. la bonté en pensées donne de la profondeur, La bonté en actes généreux est source d'amour.

Lao Tseu

Posté par oxfordien à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 décembre 2013

Belles histoires sur les apparences

Apparences

Une femme de peau blanche venait de terminer ses courses.

Au comptoir du self, elle acheta un bol de soupe, alla s'installer à une table, y posa son plateau et s'aperçut qu'elle avait oublié de prendre une cuillère. Elle repartit aussitôt en direction du comptoir.

Revenant à sa place une minute plus tard, elle trouve un homme de peau noire installé devant le bol, trempant sa cuillère dans la soupe. "Quel sans-gêne, pense-t-elle ! Mais, il n'a pas l'air méchant... Ne le brusquons pas !"

"Vous permettez," lui dit-elle en tirant la soupe de son côté. Son interlocuteur ne répond que par un large sourire. Elle commence à manger. L'homme Noir retire un peu le bol vers lui et le laisse au milieu de la table. A son tour, il plonge sa cuillère et mange, mais avec tant d'amabilité dans le geste et le regard qu'elle le laisse faire, désarmée. Ils mangent à tour de rôle. Elle est décontenancée, son indignation a fait place à la surprise, elle se sent même un peu complice.

La soupe terminée, l'homme Noir se lève, lui fait signe de ne pas bouger, et revient avec une abondante portion de frites qu'il pose au milieu de la table, l'invite à se servir. Elle accepte et ils partagent les frites. Puis il se lève pour prendre congé avec un ample salut de la tête et prononce l'un de ses premiers mots : "merci !" Elle reste un moment pensive et songe à s'en aller. Elle cherche son sac à main, qu'elle a accroché au dossier de la chaise. Plus de sac ! Mais alors, cet homme noir n'était qu'un voleur ?

Elle s'apprête à demander qu'on le poursuive, lorsque ses yeux tombent sur un bol de soupe intact et froid, posé sur une table voisine, devant la chaise où est accroché son sac.  Il manquait une cuillère sur le plateau....

Posté par oxfordien à 11:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2013

Apprendre l'art subtil du "non-agir"

"Non agir" ou Wu-Wei des taoistes

Ne pas aller au-delà de l'action spontanée qui est adaptée aux besoins tels qu'ils se présentent, de ne pas s'engager dans des actions savamment calculées et ne pas agir avec l'intention de dépasser le strict minimum nécessaire pour obtenir les résultats voulus.

C'est également conformer son action au cours naturel des choses.

Tel est l'art d'agir sans intention

Emmanuel Aubert

Posté par oxfordien à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 mars 2013

Savoir bouger: Corps yoga et sport de M Coissard

Résumé

La pratique du yoga permet en autre de rendre à la colonne vertébrale sa juste architecture.

Cette statique du corps conduit à travailler sur le bassin dont on peut constater souvent des lordoses importantes (excès de creux des lombes) ainsi qu’un avancée excessive de la tête par rapport aux épaules.

Il convient donc par un travail approprié de la musculature d’effacer la cambrure lombaire par un travail de renforcement des abdominaux et de l’articulation coxo-fémorale par les postures de yoga comme le Salut et le demi Cobra. Au niveau de la ceinture scapulaire il y a un également un redressement à effectuer par une ouverture de la cage thoracique. La source de l’article est de M Coissard

Pour en savoir plus...Corps_yoga_et_sport

Emmanuel Aubert

Posté par oxfordien à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 février 2013

Justification d'une diététique du " juste milieu" selon la médecine traditionnelle chinoise

1 Préambule:

Je pratique depuis plusieurs années, avec satisfaction, la diététique de longue vie de la médecine traditionnelle chinoise « Secrets de centenaires » de Jean Pélissier (voir annexe 1 et les 9 règles). Je m’interroge de cette diététique par rapport aux préceptes scientifiques occidentaux.

Mes questions sont les suivantes :

  • La règle n°2 « assiette unique » conduit à diminuer de 30% le trop de nourriture. Quels sont les conseils alimentaires recommandés en la matière par la diététique médicale ?
  • La règle n°3 «  supprimer les laitages, charcuterie et sucre rapide ». L’équilibre alimentaire est il assuré ?
  • La règle n°4 « Composer le repas diététique de 50% de céréales » Ce niveau quantitatif est il conforme aux recommandations nutritionnelles du paradigme actuel des autorités sanitaires ?

 Pour répondre à ces 3 questions j’ai choisi l’« assiette unique » journalière suivante:

  • Petit déjeuner : Tartine de pain et thé
  • Repas midi : ½ assiette riz assaisonné à la levure de bière, 1/4 lentilles et le ¼ restant sardines à l’huile d’olives et olives
  • Goûter : Banane,
  • Repas du soir : ½ assiette de soupe et ¼ assiette de pâtes avec yaourt soja à la crème de marron

 2 Trois réponses en terme de conclusion

La valeur moyenne des apports nutritionnels journalier conseillés est de 30% supérieur au besoin moyen 1450kcal/j au lieu de 2000kcal/j voir annexe 2 §2 alinéa 4.

La suppression des laitages, charcuterie et sucre rapide permet de répondre aux apports nutritionnels conseillés par l’AFSA ou l’OMS.

Le taux de 50% d’apport en céréales dépend de la référence. Les autorités sanitaires retiennent 54% en énergie (Kcal/j) ou encore 66% en masse (gramme/j). Les valeurs recommandées sont pour moi celles qui conviennent à mon équilibre pondéral.

Et pour en savoir plus....

Justification_di_t_tique_du_juste_milieu_A

Emmanuel Aubert

Posté par oxfordien à 11:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 février 2013

L'octuple voie ou Pakua chinois

Octuple voie art de vivre Pa Kua

La voie octuple des 8 savoir Faire s'enroule selon une spirale d'énergie dans le temps:

la pomme des saisons

 

Emmanuel Aubert

Posté par oxfordien à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]